Maman aussi a de la peine

J’aimerais pouvoir vous dire que je suis excellente pour gérer mes émotions, mais ce n’est pas le cas du tout! J’aimerais pouvoir vous dire que lorsque la colère monte, je suis en contrôle de moi-même et je réussi aisément à garder mon calme, mais ce serait un mensonge. Je suis une réelle bombe à retardement! Le point positif : je suis une femme totalement honnête et réaliste, donc je suis capable d’admettre quand je suis dans l’erreur et pour ce qui est la gestion des émotions, je le suis souvent!

Est-ce que c’est bien? Honnêtement pas toujours… mais d’un autre côté j’aime penser que de me voir en colère, en pleurs ou surexcitée permet à mes enfants d’apprendre sur leurs propres émotions et sur la façon dont il faut les exprimer.

Maman aussi a de la peine.

Quand on devient un adulte, on continu d’avoir des émotions et il faut continuer de les exprimer sinon on se transforme en presto et ça c’est problématique… avez-vous déjà vu un presto qui saute?

Si j’explose de colère parce que mon fils vient de découper son drap de lit en voulant en faire des confettis (malheureusement cet exemple est un fait vécu!) je sais que ce n’est pas LA bonne chose à faire, qu’il ne faut pas réagir trop rapidement et de façon expéditive. Je le sais.
Si je pleure après une intervention, ce n’est pas être faible, bien au contraire. Nos enfants doivent apprendre que les adultes aussi ont besoin d’exprimer leurs émotions. Pourquoi je devrais toujours me cacher pour laisser libre cours à ma peine ou à ma colère?

Je sais aussi que de prendre le temps ensuite de m’excuser de ma réaction lui apprendra que de faire des erreurs, c’est humain, mais qu’il faut prendre le temps d’admettre son erreur et la corrigée. C’est ça le plus important !!!
Dans ce cas-ci, admettre que j’ai laissé mon émotion prendre le dessus et que j’aurais dû prendre de grandes respirations aurait été la bonne chose à faire… Entre vous et moi, vous prenez toujours le temps de respirer lorsque votre enfant fait une bêtise, vous hurle par la tête ou lance son Buzz LightYear à la vitesse de l’éclaire?

C’est ce que je pensais …

La théorie et la pratique sont deux choses bien différentes et on a beau avoir toutes les cartes en mains, encore faut-il être capable de bien les jouer et ça c’est un travail et un apprentissage qui se fait sur le long terme.
Tous les jours, j’apprends un peu plus à me gérer, à ne pas réagir trop intensément, mais oui ça arrive encore … souvent…
Et ensuite je prends le temps de m’asseoir avec mes enfants et je leur explique que peut-être ma réaction n’était pas appropriée, peut-être j’aurais pu être plus calme, mais ce qui est fait est fait. Je m’excuse, j’explique pourquoi j’ai réagi ainsi, on discute et on essaye de comprendre. La communication est un élément clé dans l’apprentissage des émotions: être capable d’en parler c’est la base.
On retiendra beaucoup de chose de cette discussion, mais assurément ça recommencera. Le cerveau humain étant ce qu’il est, l’apprentissage est un phénomène qui prend du temps et lorsqu’on y mêle les nombreuses émotions que l’on ressent, croyez-moi il s’agit du travail de toute une vie!

Plusieurs outils peuvent aider les enfants à comprendre et à apprivoiser la gestion des émotions: livres, jeux, outils sensoriels, etc.


Aucun d’eux ne sera une solution magique, mais ils aideront assurément vos enfants et vous-même à trouver un équilibre. C’est un peu comme des béquilles: elles ne guérissent pas votre cheville brisée, mais elles aident à la convalescence. C’est tout aussi important.

La perfection n’existe pas. Arrêter de la chercher et d’essayer de l’atteindre. Les parents parfaits n’ont pas d’enfants, tout simplement. Et c’est tout aussi vrai pour les enfants : ils n’en existent aucun de parfaits. On doit les accepter et les éduquer au mieux de nos capacités.

3
Julie Lambert

Julie Lambert

Mon nom est Julie, maman de 3 petits humains de 9, 8 et 3 ans. Je suis plus qu’imparfaite dans toutes les sphères de ma vie, sachez-le! Je n’aime pas particulièrement cuisiner (je le fais par nécessité), je suis traineuse et chez moi, parfois, les lutins qui nous rendent visite avant Noël oublient de faire un tour le soir venu... oups! Maman d’un enfant neuro-atypique, j’ai appris au fils des ans que pour se rendre à une même destination, il existe un nombre phénoménal de chemins. Autrement dit, je ne gagne pas toujours toutes les batailles, mais je m’arrange pour être victorieuse à la fin de la guerre! Je vous accompagne au quotidien chez Mère Hélène depuis 2016 afin de rendre votre expérience de la parentalité plus douce. J’espère sincèrement que mes petites tranches de vie imparfaites vous plairont et vous aideront à relever vos propres défis.
Julie Lambert

Latest posts by Julie Lambert (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.