Couches Magik – toute bonne chose a une fin!

Arrêter de produire la couche Magik pour Mère Hélène, c’est un peu comme vendre la maison de son enfance. Ce n’est pas de la tristesse qui me submerge, mais plutôt un mélange de «y’a tant de souvenirs» ou encore «je peux pas croire que tout ce temps se soit écoulé, on dirait que c’était hier» …

Les souvenirs, ils se bousculent, il y en a beaucoup, je vais devoir choisir…

Celui qui me vient à l’esprit instantanément quand je pense aux couches Magik, c’est la naissance de ma première fille en 2002. Je voulais tellement lui mettre une couche lavable dès sa naissance (je ne le conseille même pas aux autres). J’étais complètement gaga de nos produits !!!  J’avais si souvent accompagné ma mère dans les salons de maternité et d’artisans durant mon adolescence et maintenant que j’avais joins officiellement l’entreprise en 2001, changer des couches me démangeait! J’espérais le jour où je pourrais utiliser pour mon bébé les 24 couches de flanelle qui trônaient sur la tablette au-dessus de ma sécheuse. Ce jour-là, je suis tombé en amour avec ma fille… et avec mes couches.

Un autre souvenir pas trop loin dans mes souvenirs ( et dans ma lingerie), ce sont les courte-pointes de grand-maman ( la mère d’Hélène) fabriquées avec les retailles des couches Magik. Je ne sais pas combien elle en a fait, elle en a fait pendant plus de 20 ans. À moi-seule, j’ai une dizaine de courte-pointes. Je les utilise abondamment avec mes enfants, elles sont douces et contiennent tellement d’amour. Mais si je m’y attarde trop, je me surprends à regarder les petites pièces, je reconnais chacune d’entre elle. Je ressens encore l’excitation qu’on avait lors de notre achat quelque part sur Chabanel ou la fierté ressentie lorsqu’on assemblait les élastiques et que tout d’un coup la pièce de flanelle devenait une couche. Je les reconnais tous, du motif qui n’a fait que 30 couches à celui qui en a fait plus de 1000, parce que je les ai soit cousus soit vendus. Ma grand-mère a dû fournir le cercle des fermières au complet en retailles de flanelle mais c’est moi qui a les plus belles couvertures parce qu’elles sont le condensé de tant de souvenirs.

La couche Magik, c’est une grande source de fierté. Pionnier dans le domaine des couches lavables, un système d’attaches qui permettait à la même couche de faire de la naissance à la propreté, c’était du jamais vu dans les années ’90. La couche taille unique remplaçait l’achat de plusieurs tailles et permettait de réduit l’investissement de 50%. Par contre, il a fallu une immense dose de persévérance pour que le succès soit au rendez-vous. À ce jour, 250 000 couches ont été fabriquées par Mère Hélène, au Québec. Avec du recul, je sais aujourd’hui qu’il n’y aurait pas de Mère Hélène s’il n’y avait pas eu la couche Magik, car elle a soufflé nos voiles et nous a permis de viser haut.

Mais, après 25 ans, la couche de flanelle n’est plus populaire…. Elle n’est pas moins performante qu’avant, elle est dans les plus abordables sur le marché mais elle ne se vend plus. Je ne reproche rien à personne, moi-même je regarde les œuvres d’art que sont devenues les couches lavables avec envie ( mon p’tit dernier a 8 ans, j’en ai vraiment pas besoin!!! ) Je ne peux pas en vouloir aux mamans de préférer du plus beau, avec des matériaux plus actuels et des imprimés à vouloir fondre.

Ce qui sonne le plus drôle, c’est que Mère Hélène ne sera plus manufacturier de couches lavables, et c’est ce que nous étions depuis 30 ans.

Mais l’atelier de production ne chômera pas, mais ce sont d’autres produits qui ont le vent dans les voiles!

Save

Save

Save

Save

32
Estelle Morin

Estelle Morin

Maman de 4 ados, qui jonglent du mieux qu’elle peut dans le Zéro Déchet, sans prétention et surtout sans perfection. Créative et passionnée, il n’y a jamais assez d’heures dans une journée!
Estelle Morin

Latest posts by Estelle Morin (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.