Souvenirs d’allaitement

Ah, l’allaitement! Source du pire et du meilleur! Impression tenace d’être une vache à lait toujours de garde VS lien privilégié développé avec notre petit babychou lové contre notre sein. J’ai allaité mes deux filles jusqu’à l’âge de 9 mois. Elles ont aujourd’hui 9 et 13 ans. Je me souviens avoir vécu une
certaine pression sociale sur la durée de mon allaitement, surtout pour ma première; « Hein, elle a neuf mois et tu l’allaites encore? » Je ris dans ma barbe aujourd’hui quand je vois le mouvement d’allaitement prolongé auxquelles certaines adhèrent. C’est une question si intime, gardons donc nos jugements pour nous, tant que la mère est à l’aise, le reste n’est pas mes oignons!baby-21167_1280

Je me souviens aussi des fameuses positions « optimales » d’allaitement qu’on s’acharnait à m’enseigner à l’hôpital alors que ma fille n’avait que quelques heures et moi mille ans!!! Je me sortais d’un premier accouchement qui avait duré plus de 15 heures, avec alerte cardiaque en prime, je n’avais dans le corps qu’une toast molle de cafétéria, on m’avait galamment installé entre les jambes un gant de caoutchouc rempli d’eau congelée en guise de glaçon pour faire diminuer l’enflure de vous savez quoi ET une infirmière s’obstinait à me donner un cours intensif de postures d’allaitement à 2h du matin!!! Super efficace comme approche! J’avais juste envie de pleurer et d’appeler ma mère pour qu’elle m’apporte un biberon au plus vite! Mais bon, je me suis calmée, c’était pour une bonne cause. Mon lait ne sortait pas assez en grande quantité, ma petite hurlait de faim, alors aux grands maux les grands moyens… Après la madone, le footballeur, la couchée sur le côté, avec deux oreillers, avec trois oreillers, on est finalement revenu à la classique assise dans une chaise. Comme ça ne marchait toujours pas, ils ont sorti l’artillerie lourde: la trayeuse électrique, issshhh! Je me souviens comme si c’était hier de mon chum, assis dans un coin de la chambre, crampé en deux : il avait déjà travaillé sur une ferme laitière et me disait que le petit « tss, tss » qu’il entendait était pareil à celui de… vous aurez compris. Dur de garder le moral, mais j’étais si épuisée, que j’ai ri avec lui et ça a fait du bien!!!

Je crois que c’est l’une des clés du succès de cette belle aventure que peut être l’allaitement : se détendre. Et mettre son orgueil de côté! Contrairement à Mahée Paiement, je n’ai jamais trouvé ça sexy d’allaiter. Si c’est votre cas, bravo, je vous admire! Je l’ai fait avec tout mon amour, mais me sortir le mamelon à toute heure et en tout lieu ne me faisait pas sentir séduisante, loin de là! J’étais même franchement mal à l’aise à certains moments. Devant mon beau-père, dans les centres d’achats où il n’y a pas d’aire d’allaitement (quel beau concept!!), dans les restos, j’étais crispée et gênée. Je préférais même aller m’enfermer dans les toilettes publiques en toute intimité et allaiter ma petite debout! Mais ça, c’était mes bibittes à moi et je trouve ça fantastique de voir que de plus en plus de mamans sont confortables de s’installer où elles veulent pour allaiter leur petit le plus naturellement du monde! J Mais pour celles qui sont plus pudiques, sachez que vous n’êtes pas seules et que c’est ben correct comme ça! À chacune son style, vive la diversité!

*Psitt , j’ai découvert ceci sur le site de Mère Hélène : https://www.merehelene.com/fr/352_1_Categorie_Allaitement-Discretion – Allaitement-Discrétion J’aurais tellement aimé avoir ce genre de petit paravent-perso dans l’temps! Timides de ce monde, gâtez-vous! J

1
Ariane Mimeault

Ariane Mimeault

Ariane Mimeault

Latest posts by Ariane Mimeault (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.