« Coudonc, c’est pas ben compliqué ce que je te demande !»

J’ai déjà dit à mon amoureux : « Coudonc, c’est pas ben compliqué ce que je te demande !». Quelle10487453_10154395438080005_868426385262983216_n phrase épouvantable ! Quand j’y repense, j’ai honte ! Ce n’est pas vrai mon amour que c’est simple ce que je te demande. Souvent, c’est même moi qui complique les choses. Parfois, j’oublie qu’à tous les jours, tous les deux nous apprenons ce que c’est qu’être parents. Nos enfants grandissent à vive allure et nous devons toujours dealer avec de nouveaux comportements, de nouveaux enjeux, de nouveaux horaires, de nouvelles demandes et contrairement à ce que je pensais, nous n’avons pas accouché de la science-infuse-que-d’être-parents le soir du 21 septembre 2008, c’est de l’inconnu-le-plus-abstrait-du-monde que nous avons accouché.

1820_10152650924705005_316579818_nÇa m’a pris beaucoup de temps comprendre que ce n’était pas parce que moi j’avais grossi pendant 40 semaines et 3 jours que toi, tu avais nécessairement tout compris du train dans lequel tu embarquais. Nous sommes plusieurs femmes à le faire, je le vois souvent… Le bébé commence à peine à se développer dans la bedaine qu’on veut tout choisir, on veut choisir la couleur de la chambre, le nom, les outfits, le type de couches, l’horaire des visites à l’hôpital, le rôle du reste de la famille dans l’aventure, la poussette, le banc d’auto, le porte-bébé, l’horaire familial, la liste de choses à demander pour le shower, les centres de table pour le baptême…. On est de même que voulez-vous ! Puis, de temps en temps, on vous demande votre opinion  et quand vous nous dites : «Ben non chérie choisi…» on répond hormonalement : «Ben là ! J’aimerais ça que tu t’impliques comme !». Quand bébé arrive, on veut être des superwomen et on veut que toutes les planètes s’alignent pour former ce qu’on appelle : La vie parfaite. On Germaine nos vies parce que nous pensons que tout peut bien aller et après, quand la fatigue nous rattrape, qu’on est claquées, on vous sort un de ces « Coudonc, c’est pas ben compliqué ce que je te demande ! ».

J’ai réalisé quelques mois plus tard que si je voulais que mon amoureux comprenne mon univers et mes attentes, je devais l’impliquer dans le processus de ma vie de famille de rêve. Je devais lâcher 10462740_10154266921995005_3881722640641611638_nprise et être fière de le voir faire à sa façon sans calquer la mienne. Ben oui mon amour, je sais que c’est compliqué ce que je te demande parce que je sais que comme moi, tu fais ton possible tous les jours. Je t’ai promis que plus jamais je ne dirai quand je pars le soir que tu «gardes» les enfants parce que tu t’en occupes si bien et que tu les aimes d’un amour inconditionnel. Je ne reviendrai plus jamais frustré parce que tu as dérogé de notre menu et que tu as décidé de faire un souper qui ne comprenait pas vraiment les 4 groupes alimentaires. Chéri, j’ai compris que même si Santé Canada ne recommande peut-être pas le kraft dinner saucisse comme aliment vedette, vous aviez peut-être juste le goût d’en manger en plus de trouver ça drôle de le faire un soir où je suis loinnn loinnn loinnn. Des fois, j’ai des demandes pas clair, comme si fallait que tu devines, t’es pas Nostradamus, tu es un papa avec des préoccupations toi aussi… J’ai aussi compris que du temps de qualité avec tes kids c’était important, que ça créait des liens et j’ai arrêté de m’inquiéter à savoir si tu avais le tour, on est des bons parents tous les deux, c’est pour ça que j’ai voulu que tu sois le père de mes enfants pour toujours.

11414467_10155639482225005_819104471_nLe jour où j’ai décidé de lâcher prise, de te laisser aller, j’ai compris à quel point tu étais le papa parfait. Tu étais toi-même, tu n’avais plus peur de gaffer devant mes attentes, tu te donnais enfin le droit d’être papa au meilleur de tes connaissances et c’est à ce moment que j’ai réalisé toute la confiance que je pouvais avoir en toi parce que tu es parfait comme tu es. J’aime quand tu cours avec tes enfants comme s’il n’y avait pas de lendemain, j’aime te voir laisser notre grand driller des vis alors que moi je suis sur le bord de l’infarctus, j’aime quand je panique parce que je ne trouve pas un haut et un bas de pyjamas qui va ensemble et que tu me réponds qu’on s’en fou parce que c’est pour DORMIR, je me rends compte que contrairement à toi, j’ai la culpabilité facile.

Cher amoureux, je suis fière d’appartenir à la génération de femmes qui vivent avec des papas aussi extraordinaires, aussi vrais et aussi impliqués. Même si un jour, ben à boute je te lâche un « Coudonc, c’est pas ben compliqué ce que je te demande ! » sache qu’en fait c’est peut-être juste que mon attente était trop grande, MAIS, je t’en prie, même si c’est peut-être le cas, shoot-moi pas un «Regarde le calendrier je pense que tu es SPM»… C’est pas une bonne idée, prend-moi dans tes bras, donne-moi un bec sur le front en me disant un « Je t’aime », tu vas voir, ça va passer…

Bonne fête des Pères chéri… Oh! et, s.v.p, pourrais-tu avoir l’air en extase quand tu vas recevoir une cravate en mod podge brune et orange dimanche matin ? Ça ferait ben beau sur mes photos ! Merci t’es trop fin ! Ch’t’aime xxx

10320264_10154203056820005_5825347472419771797_n

 

2
Genevieve

Genevieve

Éducatrice à l’enfance de profession, amoureuse et passionnée de littérature jeunesse, Geneviève est la maman de Louka (9 ans), Rémi (6 ans) et Léon (7 mois) . Blogueuse pour La Récréation, Mamanpourlavie, Brunet et Mère Hélène et adore le domaine de la puériculture bébé d'où son amour pour notre boutique ! Son principal défi : Chasser la routine à grands coups de créativité pour rendre le train-train quotidien plus agréable. Pour la suivre sur Facebook c'est ici : www.facebook.com/larecreationfamille Pour suivre son site web : www.larecreationfamille.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.